Angoisse de séparation, angoisse du huitième mois et peur de l'étranger

19/11/2020

Voix d'experts - Angoisse du 8ème mois, peur de l'étranger, angoisse de séparation... Quand bébé réalise qu'il est un individu à part entière

Marine Manard


Qu'est-ce que c'est ?

Historiquement, il s'agit d'un phénomène déjà étudié en 1932 par Bridges [1], puis qualifié « d'angoisse du huitième mois » par Spitz en 1950 [2]. Spitz décrit pendant cette période l'apparition de comportements allant de la timidité aux hurlements à la vue d'un étranger. Il s'agit d'un stade développemental important qui doit être replacé dans son contexte émotionnel, social et cognitif. Bowlby [3] précise alors que la survie de l'enfant dépendant de ses parents, la séparation provoque une anxiété fondamentale réactionnelle au contexte de danger. Celui-ci réagit alors à cette situation en pleurant et appelant au retour de son parent.


Malgré un débat scientifique autour de ce concept, une revue déjà ancienne de la littérature scientifique conclu à la présence de réactions négatives courantes chez les enfants dans la seconde moitié de leur première année lors de leur confrontation à des personnes non familières [4]. Ce phénomène complexe reflète la reconnaissance de la « non familiarité » ou de la nouveauté de l'étranger. Selon certains auteurs, en plus de la sensibilité face à ces personnes non familières, cette période d'angoisse de séparation correspondrait au moment où l'identité de l'enfant, en tant qu'individu à part entière, apparait. Ainsi se dessine au cours de la première année une séparation physique et psychologique de la mère, ce qui offre à la fois un sentiment de compétence/autonomie et de solitude/vulnérabilité. La rencontre d'une personne étrangère active alors ce sentiment de séparation qui peut provoquer de l'anxiété.




A quel âge cette angoisse apparait?

Ce phénomène apparait dans la seconde moitié de la première année de vie. Plus précisément, aux alentours des 7 mois, les enfants commencent à manifester de la crainte pour les étrangers [5]. L'amplitude de cette peur a tendance à augmenter [6, 7] avant de s'estomper vers l'âge de 30 à 36 mois [8, 9, 10, 11].


Comment cela se manifeste ?

Les recherches récentes ont mis en évidence quatre profils de développement de cette angoisse de séparation (voir figure ;[12]:

  • Profil 1 : Augmentation lente et constante de la peur de l'étranger entre 6 et 36 mois
  • Profil 2 : Augmentation constante mais plus accrue que chez les enfants de profil 1
  • Profil 3 : Des enfants expérimentant des niveaux d'anxiété constamment élevés
  • Profil 4 : Des enfants chez qui l'angoisse diminue avec le développement



Notons que, particulièrement manifestée dans les interactions entre un enfant et sa mère, l'anxiété de séparation peut également avoir lieu avec d'autres figures d'attachement [11], comme le père par exemple.


Carlos Gonzalez [13] relève différentes réactions que peut présenter l'enfant lors des séparations à court terme:

  • La colère : l'enfant se met en colère, ignore ou refuse de dire bonjour à son parent.
  • L'exigence : l'enfant réclame une attention accrue, constante, voulant que tout se fasse à sa façon et peut faire des crises de jalousie et de colère à son parent.
  • La relation superficielle : l'enfant se met en relation d'apparence joyeuse mais superficielle avec n'importe quel adulte présent.
  • Changement de comportement : l'enfant montre une apathie, une perte d'intérêt, des mouvements rythmiques (comme si il se berçait lui-même), ou encore se cogne la tête.


Parfois néanmoins, les enfants donnent l'impression que tout va bien. Bowlby l'observait chez des enfants en orphelinat ou hospitalisés par exemple. Il précise que ces enfants méritent une attention toute particulière. Même si les effets sont moins dramatiques pour les séparations courtes, il arrive que des enfants heureux en apparence à la crèche par exemple, se mettent subitement à pleurer en la quittant, laissant penser à une anxiété présente mais manifestée autrement que par les cris et les pleurs lorsque le parent le quitte.

Pour l'enfant en bas âge, le fait de « disparaitre » dans une autre pièce est également une séparation. Les distances et les durées ne sont pas les mêmes. Quelques mètres semblent des kilomètres et quelques minutes semblent des heures. Il n'est pas rare alors que pendant cette période, les enfants se mettent à pleurer dès que vous changez de pièce ou si vous vous absentez pour prendre une douche.



Quelles sont les implications ?

Brooker et al. [12] ont observé que les enfants de profil 3, ressentant des niveaux élevés d'anxiété de façon constante avaient plus de risques de présenter des signes d'inhibition comportementale à 36 mois, ce qui représente un facteur de risque d'anxiété sociale pendant l'enfance et l'adolescence [14, 15, 16, 17]. La comparaison des profils 1 et 2 (respectivement d'augmentation lente ou accrue) montre une association ultérieure à des symptômes anxieux plus importants pour le profil 2 [18]. En d'autres termes, les enfants montrant une augmentation plus graduelle des symptômes d'angoisse de séparation seraient moins enclins à présenter des symptômes anxieux plus tard. Notons également que des difficultés de régulation émotionnelle sont associées à des dysfonctionnements de l'axe hypothalamo-pituitaire-adrénalien (axe HPA, [19]), aussi appelé « circuit du stress».



Comment réagir ?

La résolution de la tension provoquée par la présence de l'étranger dépendra des caractéristiques de l'enfant et de la situation à laquelle il est exposé [4].

Les méthodes de maternage / parentage semblent avoir un impact sur l'expression de cette angoisse de séparation. En effet, les enfants dont les mamans montrent une faible sensibilité ont tendance à présenter des profils de type 2 (augmentation accrue) [20] et à ressentir des effets négatifs spécifiques à l'anxiété plus importants [12].

Offrir le réconfort nécessaire, garder patience et bienveillance vont être d'une importance capitale pour aider l'enfant à traverser cette période difficile. L'enfant peut demander une attention constante, appeler son parent la nuit, réclamer des jeux, des sucreries, se montrer plus irascible,... Il va en fait exprimer et réguler ces tensions ressenties et accumulées.


   Facteurs aggravants

  • Entraver l'enfant dans l'échange social peut renforcer le sentiment de vulnérabilité et altérer le développement de l'identité [4].
  • La répétition d'épisodes stressants de rencontre de nouveaux adultes peut en soi être un facteur de stress [21]. De plus, si cette exposition chronique s'accompagne d'un mode de parentage inadéquat (entrave à l'autonomie, affects parentaux négatifs, faibles opportunités de développer des stratégies d'adaptation) cela peut entrainer des difficultés de régulation émotionnelle, une augmentation de l'anxiété, et une altération du fonctionnement de l'axe HPA [18].


Lorsque l'anxiété de séparation dépasse l'âge attendu et interfère significativement avec le fonctionnement de l'enfant (limitant son développement, l'empêchant de profiter de certaines activités, ...) il est possible que celui-ci développe un trouble d'anxiété de séparation [22]. Ce trouble concerne environ 7.6% d'enfants [23] et le diagnostic de ce type de pathologie relève évidemment de la consultation d'experts médicaux.



    Facteurs apaisants

La présence sécurisante de la mère par exemple, permet à l'enfant de recevoir un sentiment de sécurité lui permettant d'exploiter son autonomie [4]. De plus, une étude montre qu'à l'âge de six ans, les enfants montrant un attachement sécurisé envers leurs parents présentent une anxiété de séparation moins importante que les enfants avec un attachement insécurisé [24].

Cependant, dans les sociétés actuelles, il est fréquent de devoir laisser les jeunes enfants en garde. Afin de permettre de gérer cette anxiété lorsque vous devez laisser votre enfant, la Mayo clinic (Institut Hospitalo-Universitaire Américain mondialement reconnu [25]) a proposé quelques pistes pour limiter les difficultés :

  • Entrainer les « au revoir » : Laisser votre enfant avec la personne responsable de sa garde pour de courtes périodes afin qu'il comprenne que vous allez revenir. Notons que le jeu du coucou peut également entrainer l'enfant à comprendre que quand vous disparaissez (derrière un drap), vous réapparaissez ensuite.
  • Préparer correctement son départ : Prévoir de quitter son enfant lorsqu'il n'est ni fatigué ni affamé et dans de bonnes conditions.
  • Donner des aspects positifs : Expliquer à l'enfant ce qui va se passer d'amusant pendant votre absence.
  • Ne pas prolonger l'au revoir : Rappeler à l'enfant que vous allez revenir et donner un repère temporel (« après la sieste », « après le goûter », « après la promenade »,...) de votre retour. Dire au revoir de façon rassurante sans trop s'attarder et inviter la personne qui le garde à le distraire dès votre départ avec un jeu ou une activité qu'il apprécie.
  • Laisser un rappel : Il est possible d'offrir une couverture, une peluche, un objet réconfortant spécifique que votre enfant pourra garder lorsque vous partez.
  • Garder les larmes en perspective : Il est normal que votre enfant pleure afin d'éviter que vous ne le quittiez. Soyez patient(e) cela n'est pas une tentative de manipulation mais une angoisse transitoire jusqu'à ce que votre enfant comprenne qu'il peut rester quelques temps loin de vous.



Conclusion :

Gardez en tête qu'il s'agit d'une étape du développement de votre enfant. Ce qu'il vit est très difficile pour lui et l'accompagner dans cette vague émotionnelle forte est important. Il ne fait pas de caprice et ne teste pas vos limites, il prend conscience d'un phénomène majeur.... Son individualité, le premier pas vers son indépendance.



Calendrier 2024 - les couleurs de Ju [pdf]

Avec ce calendrier aux couleurs pastel, parcourez 2024 aux couleurs de Ju, la maman illustratrice auteure des Voleurs de bobos ! On vous propose un calendrier épuré, pratique et illustré de dessins inédits ! Cette version pdf vous permets de l'imprimer et le relier vous-même ! C'est parti pour 2024 ! Tous droits réservés

5,00 €

Calendrier Psst Challenge ! [pdf]

Avec ce calendrier, mettez en place des petits challenge familiaux pour booster la complicité familiale et resserrer les liens! Imprimez, découpez, créez la petite boite à dissimuler dans la maison ou à offrir pour réaliser l'activité proposée ensemble. A faire pendant l'Avent, mais aussi à n'importe quel moment de l'année ! Vous pouvez même vous en inspirer pour en faire vous même ! A vos idées et bons moments en famille !

3,99 €

Formes et couleurs [pdf]

Un mini cahier d'activité à imprimer et à refaire sus plein de possibilités ! Colorez les différents items de la page d'exemple. L'enfant devra les repérer dans les pages suivantes et soit les colorier, soit repasser sur les lignes selon ses capacités et son envie. Il est possible d'ajouter des consignes (alterner entre le triangle et le cercle, ne faire que les nuages, etc...). De quoi exercer plein de capacités différentes en s'amusant ensemble !  Reconnaissance de couleurs Capacités graphiques Reconnaissance des formes / lettres Mémoire visuelle Attention sélective Concentration Attention soutenue Flexibilité Inhibition

1,50 €

Atelier thématique de soutien à la parentalité

En tant que parent on a parfois besoin d'échanger, de se retrouver dans un cadre bienveillant et sécurisé pour pouvoir poser ses questions ou se sentir moins seul.e. Ces groupes sont fait pour ça! Une heure en soirée, pour échanger, poser ses questions, changer de regard sur les enfants pour aborder le quotidien avec plus de sérénité. Partager ses astuces, ses doutes, trouver du soutien ou juste se sentir accompagné.e. Dans le cadre de ces ateliers thématiques un thème sera annoncé et servira de fil conducteur pour l'atelier Concrètement ? Les sessions dureront une heure, en soirée, les dates seront annoncées ici et sur les réseaux sociaux. L'inscription et le paiement d'avance seront nécessaires afin de réserver la place. Étant donné l'organisation complexe de ce genre d'atelier, aucun remboursement ne sera possible. Si l'atelier ne peut être réalisé faute de participant ou suite à un empêchement de ma part, vous aurez le choix entre un remboursement ou un avoir pour un prochain atelier. Attention à communiquer une adresse mail valide et à laquelle je peux communiquer aisément avec vous (vérifiez aussi les spams). Les données communiquées seront confidentielles et utilisées uniquement dans le cadre de communications liées aux ateliers. Tarif et modalités Le prix de l'atelier sera de 25 euros pour une heure. Un remboursement mutuelle est possible pour les personnes résidant en Belgique. Merci de le spécifier lors de l'inscription Pour pouvoir réaliser l'atelier, l'idéal est que nous soyons entre 7 et 10 participant.e.s

25,00 €

Groupe de soutien à la parentalité

En tant que parent on a parfois besoin d'échanger, de se retrouver dans un cadre bienveillant et sécurisé pour pouvoir poser ses questions ou se sentir moins seul.e. Ces groupes sont fait pour ça! Une heure en soirée, pour échanger, poser ses questions, changer de regard sur les enfants pour aborder le quotidien avec plus de sérénité. Partager ses astuces, ses doutes, trouver du soutien ou juste se sentir accompagné.e. Concrètement ? Les sessions dureront une heure, en soirée, les dates seront annoncées ici et sur les réseaux sociaux. L'inscription et le paiement d'avance seront nécessaires afin de réserver la place. Étant donné l'organisation complexe de ce genre d'atelier, aucun remboursement ne sera possible. Si l'atelier ne peut être réalisé faute de participant ou suite à un empêchement de ma part, vous aurez le choix entre un remboursement ou un avoir pour un prochain atelier. Attention à communiquer une adresse mail valide et à laquelle je peux communiquer aisément avec vous (vérifiez aussi les spams). Les données communiquées seront confidentielles et utilisées uniquement dans le cadre de communications liées aux ateliers. Tarif et modalités Le prix de l'atelier sera de 20 euros pour une heure. Un remboursement mutuelle est possible pour les personnes résidant en Belgique. Merci de le spécifier lors de l'inscription Pour pouvoir réaliser l'atelier, l'idéal est que nous soyons entre 7 et 10 participant.e.s

20,00 €

La véritable légende du père noël [pdf à imprimer]

Et le père Noël il existe vraiment ? Dis-moi la vérité ? Mais comment il fait le tour de la terre en une seule nuit ? Et si on racontait la "véritable" histoire du père Noël ? Sans mentir et sans perdre en magie, cette histoire est celle que j'ai choisi d'imaginer. Je voulais un récit honnête, qui ne cachait pas le fait que le père Noël soit un personnage imaginaire tout en restant métaphorique et féérique. Cette histoire ouvre alors la porte à de nouvelles perspectives, impliquant l'enfant dans un rôle actif dans cette fête aux valeurs de partage.

3,99 €

Le cahier d'apprentissage

Vous recevez le cahier d'apprentissage rempli d'exercices et de jeux pour apprendre et découvrir. Vous pourrez également télécharger de nombreux contenus via des QR codes intégrés !

10,00 €

La gourde p'tit Ptame

Quand boire est un véritable câlin ! Gourde isotherme qui garde l'eau bien fraiche pour la journée. Bouchon avec anse pour un transport et une ouverture facile et goulot large pour boire aisément.

30,00 €

Le pack full ptame

Vous recevez un livre, un cahier d'activité, un signet, un tote bag imprimé, deux cartes imprimées et une gourde isotherme imprimée à l’effigie de P'tit Ptame

81,00 €

P'tit Ptame

Illustré par Sam'Illustre, p'tit Ptame raconte l'aventure d'un petit hippopotame qui part en promenade et rencontre les 4 grandes émotions de base. Ce livre rend l'enfant acteur de ses émotions, offre des pistes de réflexion et mets l'enfant au coeur de l'histoire pour développer des stratégies de régulation

15,00 €

La zébrelle X2

Etre parent c'est pas de la tarte ! Surtout avec une enfant particulière Ce livre parle de la vraie vie de parents, sans tabou, avec une particularité : le haut potentiel intellectuel. Une BD qui raconte la vie la vraie, avec humour et douceur !

47,00 €

La zébrelle [epub en pdf]

Etre parent c'est pas de la tarte ! Surtout avec une enfant particulière Ce livre parle de la vraie vie de parents, sans tabou, avec une particularité : le haut potentiel intellectuel. Une BD qui raconte la vie la vraie, avec humour et douceur ! Attention ! l'e-book sera envoyé au même moment que la sortie papier !

15,00 €

La zébrelle

Etre parent c'est pas de la tarte ! Surtout avec une enfant particulière Ce livre parle de la vraie vie de parents, sans tabou, avec une particularité : le haut potentiel intellectuel. Une BD qui raconte la vie la vraie, avec humour et douceur !

25,00 €

    Références

    [1] Bridges, K . M . B. (1932) Emotional development in early infancy. Chitd Dev. 3, 324-341.

    [2] Spitz, R . A. (1950) Anxiety in infancy: a study of its manifestation in the first year of life. Int.J.Psycho-anal. 31, 138-143.

    [3] Bowlby, J. (1982). Attachment and loss : Retrospect and prospect. Amer. J. Orthopsychiat, 52(4), 664-678.

    [4] Batter, B. S. & Davidson, C. V. (1979). Wariness of strangers: Reality or artifact? J.Child Psychol. Psychiat. (20), 93-109.

    [5] Sroufe, L. A. (1977). Wariness of strangers and the study of infant development. Child Development, 48, 731-746.

    [6] Andersson, K., Bohlin,G.,&Hagekull, B. (1999). Early temperament and stranger wariness as predictors of social inhibition in 2-year-olds. British Journal ofDevelopmentalPsychology, 17, 421-434.

    [7] Hill-Soderlund, A. L., & Braungart-Rieker, J. M. (2008). Early individual differences in temperamental reactivity and regulation: Implications for effortful control in early childhood. Infant Behavior and Development, 31, 386-397.

    [8] Cox, F. N., & Campbell, D. (1968). Young children in a new situation with and without their mothers. Child Development, 39, 123-131.

    [9] Gershaw, N. J., & Schwarz, J. C. (1971). The effects of a familiar toy and mother's presence on exploratory and attachment behaviors in young children. Child Development, 42, 1662-1666.

    [10] Marks, I. (1987). The development of normal fear: A review. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 28, 667-697.

    [11] Battaglia, M. (2015). Separation anxiety: at the neurobiological crossroads of adaptation and illness. Dialogues Clin. Neurosci., 17, 277-285.

    [12] Brooker, R. J., Buss, K. A., Lemery-Chalfant, K., Aksan, N., Davidson, R. J., & Goldsmith,H.H. (2013).The development of stranger fear in infancy and toddlerhood: Normative development, individual differences, antecedents, and outcomes. Developmental Science, 16, 864-878.

    [13] Gonzalez, C. (2014). Serre-moi fort : Comment élever vos enfants avec amour. Editions le Hêtre.

    [14] Biederman, J.,Hirshfeld-Becker,D. R.,Rosenbaum, J. F.,Herot, C., Friedman, D., Snidman,N., . . . Faraone, S.V. (2001). Further evidence of association between behavioral inhibition and social anxiety in children. American Journal of Psychiatry, 158, 1673-1679.

    [15] Chronis-Tuscano, A., Degnan, K. A., Pine, D. S., Perez-Edgar, K., Henderson, H. A., Diaz, Y., . . . Fox, N. A. (2009). Stable early maternal report of behavioral inhibition predicts lifetime social anxiety disorder in adolescence. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 48, 928-935.

    [16] Clauss, J. A., & Blackford, J. U. (2012). Behavioral inhibition and risk for developing social anxiety disorder: A meta-analytic study. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 51, 1066-1075.

    [17] Muris, P., van Brakel, A. M., Arntz, A., & Schouten, E. (2011). Behavioral inhibition as a risk factor for the development of childhood anxiety disorders: A longitudinal study. Journal of Child and Family Studies, 20, 157-170.

    [18] Van Hulle, C. A., Moore, M. N., Lemery-Chalfant, K., Goldsmith, H. H., Brooker, R. J. (2017). Infant stranger fear trajectories predict anxious behaviors and diurnal cortisol rhythm during childhood. Development and Psychopathology, 1-12.

    [19] Scher, A., Hall,W. A., Zaidman-Zait, A., &Weinberg, J. (2010). Sleep quality, cortisol levels, and behavioral regulation in toddlers. Developmental Psychobiology, 52, 44-53.

    [20] Braungart-Rieker, J.M., Hill-Soderlund, A. L., & Karrass, J. (2010). Fear and anger reactivity trajectories from4 to 16months: The roles of temperament, regulation, and maternal sensitivity. Developmental Psychology, 46, 791.

    [21] Gilissen, R., Koolstra, C., van IJzendoorn, M. H., Bakermans-Kranenburg, M. J., & van der Veer, R. (2007). Physiological reactions of preschoolers to fear-inducing film clips: Effects of temperamental fearfulness and the quality of the parent-child relationship. Developmental Psychobiology, 49, 187-195.

    [22] Jellinek, M. S., Kearns, M. E. (1995). Separation anxiety. Pediatrics in review, 16, 57.

    [23] Ginsburg, G.S., Becker, E.M., Keeton, C.P., et al. (2014) Naturalistic follow-up of youths treated for pediatric anxiety disorders. JAMA Psychiatry, 71, 310-318.

    [24] Horvath Dallaire, D. & Weinraub, M. (2005). Predicting children's separation anxiety at age 6: The contributions of infant-mother attachment security, maternal sensitivity, and maternal separation anxiety, Attachment & Human Development, 7(4), 393-408.

    [25]https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/separation-anxiety-disorder/symptoms-causes/syc-20377455