Faut-il jeter le père noël aux ordures ?

20/12/2021

Voix d'experts - Faut-il jeter le père Noël aux ordures ?

M. Manard


Cette question revient périodiquement... faut-il faire croire au père Noël à nos enfants ? Il y a le camp des « Il ne faut pas les priver de cette magie » et le camp des « Il ne faut pas être hypocrite et leur mentir ». Qu'en dit la science ? Parce que oui... des chercheurs se sont posé cette question aussi...


Bien ou mal de faire croire au père Noël ?

En fait, la question ne date pas d'hier, mais peu de réponses ont été fournies par des recherches rigoureuses. Déjà en 1951, certains auteurs estimaient que les enfants qui croyaient au père Noël pouvaient sentir que leurs parents mentaient [1]. Vingt ans plus tard, d'autres auteurs pensaient que l'utilisation de l'imaginaire comme les personnages fictifs tels que le père Noël était une forme d'adaptation, leur permettant de s'adapter à leur environnement [2]. Encore vingt ans plus tard, certains auteurs proposent que dire aux enfants que le père Noël est une vraie personne est moralement discutable [3]. Cependant, il ne s'agit là que de théories, sans études scientifiques réalisées ensuite.



La distinction du réel et de l'imaginaire

La première question à se poser est de savoir si les personnages imaginaires comme le père Noël sont perçus de la même manière que le seraient les licornes par exemple. Des chercheurs ont catégorisé les personnages imaginaires selon certains critères : la disponibilité de preuves directes ou indirectes de l'existence du personnage, si celui-ci est associé à un aspect culturel ou à des normes ou si le personnage est explicitement présenté comme imaginaire. En effet, les auteurs observent une catégorisation des personnages fictifs chez les enfants entre 2 et 11 ans. Leurs observations les incitent à émettre l'hypothèse que les rites culturels vont particulièrement influencer les capacités de distinctions entre le réel et l'imaginaire. En effet, les figures "culturelles" comme le père Noël par exemple, pourraient être un facteur intéressant dans la génération et le soutien de la capacité de l'enfant à déterminer le statut de réalité d'un personnage [4].

La tendance des enfants à croire en ces figures imaginaires dépend alors de l'âge mais également de l'implication parentale dans cette croyance [5].



Quand l'enfant découvre la vérité

Généralement découverte vers l'âge de sept ans, cette vérité semble laisser un goût plus amer aux parents qu'aux enfants. En effet, lors d'une étude assez large, les enfants rapportaient des réactions plutôt positives ou du moins pas négatives à long terme lors de l'annonce de l'inexistence du père Noël. Cependant, les parents rapportaient quant à eux un inconfort voire une tristesse par rapport à la découverte de la vérité par leur enfant [6].



Rendre visite au père Noël

Faire deux heures de queue dans le centre commercial bondé pour s'asseoir sur les genoux de l'homme à barbe blanche et votre enfant semble moins enthousiaste que pour sa collation ? C'est normal. Environ 80% des enfants présentent une certaine indifférence juste avant d'accéder aux genoux du père Noël et environ 60% sont également indifférent après la rencontre [7].



Les inconvénients et avantages de la croyance au père Noël

Là où des soucis peuvent se poser, serait la surconsommation associée à cette croyance mais surtout le système de chantage qui gravite tout autour de cette fête et du personnage... Qui n'a jamais entendu « Si tu n'es pas sage le père Noël ne passera pas » ou même « tu as reçu plein de cadeaux parce que tu as été très sage cette année ».

Par contre, il est également possible de profiter de cette tradition pour consolider les liens familiaux, donner un sentiment de chaleur et de sécurité, favoriser un esprit de partage et développer l'altruisme des plus jeunes [8].

Enfin, le père Noël est associé à une gaieté ou une joyeuseté particulière, portant même le nom scientifique de « l'effet père Noël » (Santa Claus effect) [9]. De plus, le personnage en tant que tel est associé à la "gentillesse" [10].



Le récap'

Le père Noël en quelques chiffres [11]


Le père Noël est associé à la gentillesse :

  • le même homme habillé en médecin ou en père Noël aura de meilleurs scores de gentillesse dans l'habit rouge (9.2/10 contre 8.7).
  • Les enfants donnent plus de bonbons si ils parlent avec le père Noël qu'avec le lapin de pâques ou des animaux (3,6 unités pour le père Noël contre 1,3 à 1,6 pour les autres personnages).
  • Il n'y a pas de preuves que le chantage au père Noël fonctionne pour favoriser les "bons" comportements des enfants (bons dans le sens attendus/souhaités par l'adulte)


Les enfants ne sont pas plus emballés que ça de voir le père Noël :

  • Ils sont plus joyeux de le voir une semaine avant noël (environ 35% d'enfants heureux) que 4 semaines avant (environ 13% d'enfants heureux)
  • Les parents sont globalement plus heureux que les enfants de cette rencontre (environ 88% contre environ 17%).
  • Selon l'observation des visages, les enfants semblent assez indifférents d'aller s'asseoir sur les genoux de ce personnage (60 à 80% d'enfants indifférents dans la file d'attente).



Quand le mythe s'effondre :

  • Les enfants cessent en général de croire au père Noël entre 6 et 8 ans
  • L'âge est le facteur le plus solide dans la croyance. Le fait que les parents aient cru longtemps (après 10 ans) et les encouragements parentaux à croire au personnage vont également influencer l'enfant.
  • Les émotions négatives de l'enfant à la découverte de la vérité est assez limitée et la plupart pensent qu'il est positif d'encourager les enfants à croire au père Noël. Seulement 8% des enfants rapportent ne pas vouloir y faire croire leurs propres enfants plus tard.
  • Les parents sont plus affectés par la découverte de la vérité, 40% ressentant des émotions négatives.




Conclusion

Que vous soyez de vrais lutins du père Noël ou plus mitigés sur la question, sachez qu'il n'y a à ma connaissance aucune étude vraiment validée sur le sujet. Faire le choix en votre âme et conscience me parait alors le plus efficace afin d'être en accord avec vos principes et vos valeurs.

Évitez toutefois le chantage aux cadeaux et ce pour deux raisons principales. La première étant qu'il n'est pas prouvé que cela fonctionne. La seconde étant que si dans l'entourage de votre enfant, ou chez vous, suite à un accident de vie, il y avait un Noël moins riche en cadeaux, que l'enfant ne l'associe pas au fait qu'il ait été « méchant ».

Si vous y faites croire mais que vous êtes mitigé.e. sur la question, tout n'est pas tout blanc ou tout rouge... Il est possible de laisser planer un doute, sans en faire de trop, de favoriser le côté mythique ou fantastique de la chose...

Enfin, si c'est le mensonge qui vous inquiète, il est possible d'adoucir la chute en expliquant à l'enfant que le père Noël n'est que la matérialisation de cette fête qui valorise la générosité. Vous n'avez pas menti... vous avez rendu concret un concept abstrait pour un enfant. Nous pouvons tous être des pères Noël. Noël est un moment de partage, de traditions, de culture. On se réunit, on transmet, on échange. Après tout, c'est peut-être ça la vraie magie de Noël.



Le Calendrier Doux moments en famille PDF

Avec ce calendrier à imprimer, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

2,50 €

Le Calendrier Doux moments en famille

Avec ce calendrier, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

10,00 €

E-book Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages en version numérique sera envoyé par pdf dès réception du paiement.Attention donc à mentionner une adresse mail correcte.

5,99 €

Le duo du coeur du loup

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Avec le duo qui a du coeur, vous recevez un exemplaire chez vous et un exemplaire est offert à un service pédiatrique, une association, une école, une bibliothèque, une famille qui ne peux pas se l'offrir, ... Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

25,00 €

Psst-Magazine Numéro 2 - Version agrafée

Vous souhaitez vous procurer nos magazines à l'unité ? C'est possible... Attention, les stocks sont limités ! Suite à une erreur de commande, nous proposons la revente de nos numéros à reliure agrafée. J'ai une affinité particulière pour le dos carré collé mais certains préfèrent ce type de reliure. Alors comme cela il y en aura pour tous les goûts !

25,00 €

Biblioffiliation

Avec cette affiliation, vous pourrez emprunter n'importe quel ouvrage de la bibliothèque de psst : Nos propres éditions biensûr, la collection personnelle du magazine mais également les ouvrages dont nous proposons la critique pour les maisons Mardaga et Leduc Les titres actuellement disponibles : Itinéraire d'un haut potentiel sensible ** On l'appelait Vermicelle  ** Maman, Maman, Maman ** Il n'y a pas de parent parfait ** C'est mon p'tit doigt qui me l'a dit ** J'ai tout essayé ** Objectif guérison intérieure ** Et si l'on faisait un pas de côté? ** Cycle féminin au naturel ** L'intelligence émotionnelle en pratique ** Au cœur des émotions de l'enfant ** Tout se joue avant six ans ** Dormir sans larmes ** Dis-moi comment apprendre TDAH - Aider mon enfant à déployer son plein potentiel ** Le TDAH chez l'adulte ** Je reprends mon temps en main ** Sensible et alors ? ** S'évader grâce à l'autohypnose **

30,00 €

Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

12,00 €

Abonnement annuel infographies

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement est composé des fiches d'infographie pour une lecture rapide du contenu condensé de nos contenus. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier lot d'infographies sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

40,00 €

Affiliation annuelle

Parentalité sans tabou magazine est une initiative regroupant de nombreux efforts bénévoles. Pour soutenir ce projet, il est possible de s'affilier pour la somme de 20 euros par an.

20,00 €

Abonnement annuel

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement comprend tous les articles parus au cours du trimestre, les articles d'expertise, de témoignage et les extras comme les lettres ou les tests. En bonus, vous recevrez également les infographies sous forme de cartes prédécoupées pour accompagner les articles d'expertise. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant  du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier numéro sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

60,00 €

Pédagogie Montessori - Dossier thématique

Pédagogie Montessori... Dossier thématique Marine Manard Dossier thématique sur la pédagogie Montessori, comprenant la description de la méthode, son évaluation par les neurosciences et son application à l'école et à la maison 16 pages - Format PDF

5,00 €

A la découverte des émotions - Dossier thématique

À la découverte des émotions... Dossier thématique Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue Dossier thématique "A la découverte des émotions" comprenant l'article d'introduction générale ainsi que les articles sur la colère, la joie, la peur et la tristesse. 24 pages - Format PDF

5,00 €

Mug Lune

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur le sommeil Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €

Terrible two

Voix d'experts - Le terrible two... Qu'est-ce que c'est ? Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue 6 pages - Format PDF

1,50 €

    Références

    [1] Sereno, R. (1951). Some observations on the Santa Claus custom. Psychiatry, 14,387-396.

    [2] Bettleheim, B. (1971). Dialogue with mothers. Ladies Home JournaI, 88(12), 14,16.

    [3] Boss, J. (1991). Is Santa Claus corrupting our children's morals? Free Inquiry, 11(4), 24-27.

    [4] Kapitány, R., Nelson, N., Burdett, E., & Goldstein, T. R. (2020). The child's pantheon: Children's hierarchical belief structure in real and non-real figures. PloS one, 15(6), e0234142.

    [5] Prentice, N. M., Manosevitz, M., & Hubbs, L. (1978). Imaginary figures of early childhood: santa claus, easter bunny, and the tooth fairy. The American journal of orthopsychiatry, 48(4), 618-628. https://doi.org/10.1111/j.1939-0025.1978.tb02566.x

    [6] Anderson, C. J., & Prentice, N. M. (1994). Encounter with reality: children's reactions on discovering the Santa Claus myth. Child psychiatry and human development, 25(2), 67-84.

    [7] Trinkaus J. (2008). Visiting Santa: a supplemental view. Psychological reports, 103(3), 691-694. https://doi.org/10.2466/pr0.103.3.691-694

    [8] Nelms B. C. (1996). Santa Claus: good or bad for children?. Journal of pediatric health care : official publication of National Association of Pediatric Nurse Associates & Practitioners, 10(6), 243-244.

    [9] Kelly B. D. (2017). Exploring and explaining the "Santa Claus effect": cross-sectional study of jollity in 21 European countries. Journal of mental health (Abingdon, England), 26(6), 538-542.

    [10] Allan GM, Korownyk C, Kolber MR, et al. What's in your stocking? Evidence around Santa Claus. Can Fam Physician. 2017;63(12):942.

    [11] Allan GM, Korownyk C, Kolber MR, et al. What's in your stocking? Evidence around Santa Claus. Can Fam Physician. 2017;63(12):942.