Halloween

12/10/2022

Voix d'experts - L'importation de la fête d'Halloween, bonne ou mauvaise idée ?

M. Manard


Cette fête, très populaire aux États-Unis et dans les pays anglo-saxons, se développe de plus en plus dans nos pays. La littérature scientifique a étudié différents aspects de cette fête. La revue de littérature présentée ici s'appuie sur des études majoritairement réalisées aux USA. Évidemment, cette fête étant moins développée ici en Europe, certains résultats sont à relativiser, mais permettent de se projeter dans l'évolution de cette activité qui est proposée de plus en plus souvent aux enfants.


Les origines d'Halloween

Halloween serait l'une des fêtes traditionnelles les plus anciennes et chaque culture a développé des rites et traditions autour de la relation entre la vie et la mort. Toutefois, Halloween, tel que nous le connaissons serait associé au festival Celte de Samhain, qui était en fait le nouvel an Celtique, marquant la fin de la saison douce et le début de l'hiver. Les Celtes voyaient cette période comme un moment où la frontière entre le mort et le vivant est plus mince, avec une possibilité pour les défunts de revenir où ils étaient avant et pour ceux n'ayant pas encore atteint le monde des défunts de l'y rejoindre [1].



Les risques

L'un des risques majeurs recensé dans la littérature à propos d'Halloween est le risque d'accident pour les piétons. Selon Safe kids worldwide (une association de prévention d'accidents), les enfants ont deux fois plus de risques d'être heurtés par une voiture et de décéder le jour d'Halloween par rapport au reste de l'année [2]. Des recommandations ont alors été proposées [2]:

  • Respecter la signalisation routière et traverser aux passages piétons
  • Regarder à gauche, à droite puis encore à gauche avant de traverser
  • Ne pas courir en traversant la rue
  • Marcher sur les trottoirs et si cela n'est pas possible, marcher face au trafic
  • Ne pas traverser entre des voitures garées
  • Ne pas laisser d'enfant de moins de 12 ans seul, sans supervision d'un adulte, dans la rue la nuit.
  • Encourager l'enfant à rester proche des personnes qu'il connait ou dans des groupes qui font la tournée « des bonbons ou des sorts ».
  • Apposer des bandes réfléchissantes sur le costume ou le sac de l'enfant et choisir, si possible, des costumes de couleur claire.
  • Privilégier le maquillage aux masques afin d'éviter de gêner la vue de l'enfant.
  • Fournir à l'enfant des bâtons lumineux ou des lampes de poche pour mieux voir dans l'obscurité et qu'ils soient vus par les automobilistes.
  • Veiller à choisir un costume de taille adéquate afin d'éviter le risque de chute.


D'autres risques semblent également augmenter à Halloween, tels que les risques de chute, de blessure auto-infligée ou infligée par d'autres, particulièrement chez les jeunes hommes [3] ou tout simplement le nombre d'agressions [4].


Étant donné les effets délétères des sucreries consommées à Halloween, une étude s'est intéressée à la réaction des enfants face au choix entre des bonbons ou un jouet lors de la tournée d'Halloween [5]. Cette étude permet de mettre en évidence que les enfants entre 3 et 14 ans choisissaient de façon égale un bonbon ou un jouet, quel que soit leur genre. Étant donné ces résultats il semble intéressant d'envisager la possibilité de proposer aux enfants de petits jouets plutôt que des sucreries lors de cette fête.



Les costumes

Une étude [6] s'est intéressée au choix des costumes par des enfants d'âge préscolaire et suggère que le choix du costume semble refléter les processus de développement du genre de l'enfant. Cette étude observe que plus les enfants grandissent, plus les costumes sont genrés et les enfants participant au choix de leur costume avaient tendance à sélectionner des costumes plus typiques de leur genre que ceux pour lesquels les parents ont choisi. De plus, le choix de costume genré était lié à la tendance des enfants à jouer et s'habiller de façon genrée également. Cependant, la typicité de genre, dimension associée à l'identité de genre, n'était pas liée au choix des costumes d'Halloween par les enfants. En d'autres termes, les enfants choisissaient des costumes genrés mais pas nécessairement associés à leur sexe biologique.

Une autre étude s'est intéressée à l'effet des super-héros sur les enfants. Cette étude montre que l'exposition et l'engouement pour ce genre de personnage, notamment remarqué via le choix de costumes à leur effigie pour Halloween, apparait lié à la prise de risque [7]. Une attention particulière à l'exposition des enfants à ce genre de personnages serait donc une prévention potentielle à la tendance des enfants à prendre des risques.



Et au niveau émotionnel ?

Halloween est une fête appréciée, qui met pourtant en avant une émotion pourtant négative : la peur. Cette peur est souvent sous-estimée chez l'enfant, alors qu'elle peut entrainer des difficultés au niveau du bien-être, avec des troubles du sommeil et de l'anxiété [8]. Plus les images semblent réelles, plus l'intensité de la peur augmente. Toutefois, les parents doivent rester attentifs à la réaction de leurs enfants face à des images ou évènements qui peuvent nous paraitre anodins en tant qu'adultes. En effet, les enfants, et pas que les plus jeunes, ne disposent pas de nos capacités d'ajustement face aux émotions intenses et aux images qui vont les susciter [8].


La peur va provoquer des changements physiologiques, via l'activation du système nerveux sympathique, responsable du système de sauvegarde lors d'un danger, le fameux « fight or flight » (fuite ou affrontement) [9]. En effet, même si nous sommes confortablement installés dans notre canapé ou dans une salle de cinéma, le corps traite l'information fournie par le film d'horreur comme si nous étions en réel danger. Des réactions physiologiques telles qu'une intensification de la respiration, une augmentation du rythme cardiaque, des mouvements oculaires accélérés, des nausées, des tremblements ou des sursauts sont observés [10]. Au niveau émotionnel, les films d'horreur peuvent alors provoquer de l'anxiété, de la paranoïa, de la nervosité et ces effets seront persistants sur le long terme. De plus, ces réponses vont augmenter avec l'exposition répétée, une hypothèse étant même que plus la personne est confrontée aux films d'horreur et plus sa connaissance en augmente, plus la peur augmentera [11]. Les amateurs de ce style de films semblent alors être à la recherche d'émotions fortes via les pics d'adrénaline provoqués par cette expérience. Ils se confrontent alors à des situations qui vont amener ce ressenti [12].


Araignées et serpents sont de sortie à Halloween et ces éléments font partie des peurs de première apparition chez l'être humain. Concernant le développement des peurs à propos des objets les plus courants des premières peurs chez l'enfant (serpents, araignées, hauteurs et étrangers), une revue de littérature [13] remet en perspective leur fondement. Ces objets de peurs ont fait l'objet de nombreuses études et théories qui sortent du cadre de cet article. Toutefois, cette revue de littérature suggère que les peurs autour de ces éléments reflètent plutôt des réponses apprises, dépendantes du contexte et des caractéristiques perceptives de ces objets de peur. Dès lors, les situations mettant en situation de stress avec de tels objets ne sont peut-être pas très productives...


Étant donné ces résultats, il est de bon sens d'imaginer la réaction physiologique et émotionnelle des enfants en situations d'Halloween, où ils sont confrontés physiquement à des images et des décors qui vont susciter ces émotions de peur. Une attention particulière aux manifestations de l'enfant est d'autant plus importante qu'une étude observe que les adultes (ici des instituteurs et éducateurs de jeunes enfants) ont tendance à ne pas percevoir ou à mal interpréter les manifestations de peur et donc ne répondent pas efficacement à cette émotion ressentie par l'enfant [14].


L'info insolite

Une étude a observé une influence des représentations culturelles à propos de la Saint-Valentin et de la fête d'Halloween sur le taux de naissances [15]. D'une part, une augmentation des naissances est observée à la Saint-Valentin, associée à une connotation positive : +3.6% de naissances spontanées et +12.1% de césariennes. D'autre part, une diminution des naissances est observée le jour d'Halloween, associé à une symbolique négative : -5.3% de naissances spontanées et -16.9% de césariennes. Ces résultats laissent penser à une possibilité de contrôle sur la naissance spontanée des enfants et que les naissances programmées sont influencées par les représentations culturelles sur ces deux fêtes [15].



Conclusion

Qu'on aime ou non Halloween, une prudence reste nécessaire sur la sécurité physique de l'enfant mais également sa sécurité émotionnelle. Une attention particulière doit être portée sur les manifestations discrètes ou différées de peur des enfants, petits ou plus grands.


Le Calendrier Doux moments en famille PDF

Avec ce calendrier à imprimer, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

2,50 €

Le Calendrier Doux moments en famille

Avec ce calendrier, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

10,00 €

E-book Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages en version numérique sera envoyé par pdf dès réception du paiement.Attention donc à mentionner une adresse mail correcte.

5,99 €

Le duo du coeur du loup

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Avec le duo qui a du coeur, vous recevez un exemplaire chez vous et un exemplaire est offert à un service pédiatrique, une association, une école, une bibliothèque, une famille qui ne peux pas se l'offrir, ... Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

25,00 €

Psst-Magazine Numéro 2 - Version agrafée

Vous souhaitez vous procurer nos magazines à l'unité ? C'est possible... Attention, les stocks sont limités ! Suite à une erreur de commande, nous proposons la revente de nos numéros à reliure agrafée. J'ai une affinité particulière pour le dos carré collé mais certains préfèrent ce type de reliure. Alors comme cela il y en aura pour tous les goûts !

25,00 €

Biblioffiliation

Avec cette affiliation, vous pourrez emprunter n'importe quel ouvrage de la bibliothèque de psst : Nos propres éditions biensûr, la collection personnelle du magazine mais également les ouvrages dont nous proposons la critique pour les maisons Mardaga et Leduc Les titres actuellement disponibles : Itinéraire d'un haut potentiel sensible ** On l'appelait Vermicelle  ** Maman, Maman, Maman ** Il n'y a pas de parent parfait ** C'est mon p'tit doigt qui me l'a dit ** J'ai tout essayé ** Objectif guérison intérieure ** Et si l'on faisait un pas de côté? ** Cycle féminin au naturel ** L'intelligence émotionnelle en pratique ** Au cœur des émotions de l'enfant ** Tout se joue avant six ans ** Dormir sans larmes ** Dis-moi comment apprendre TDAH - Aider mon enfant à déployer son plein potentiel ** Le TDAH chez l'adulte ** Je reprends mon temps en main ** Sensible et alors ? ** S'évader grâce à l'autohypnose **

30,00 €

Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

12,00 €

Abonnement annuel infographies

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement est composé des fiches d'infographie pour une lecture rapide du contenu condensé de nos contenus. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier lot d'infographies sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

40,00 €

Affiliation annuelle

Parentalité sans tabou magazine est une initiative regroupant de nombreux efforts bénévoles. Pour soutenir ce projet, il est possible de s'affilier pour la somme de 20 euros par an.

20,00 €

Abonnement annuel

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement comprend tous les articles parus au cours du trimestre, les articles d'expertise, de témoignage et les extras comme les lettres ou les tests. En bonus, vous recevrez également les infographies sous forme de cartes prédécoupées pour accompagner les articles d'expertise. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant  du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier numéro sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

60,00 €

Pédagogie Montessori - Dossier thématique

Pédagogie Montessori... Dossier thématique Marine Manard Dossier thématique sur la pédagogie Montessori, comprenant la description de la méthode, son évaluation par les neurosciences et son application à l'école et à la maison 16 pages - Format PDF

5,00 €

A la découverte des émotions - Dossier thématique

À la découverte des émotions... Dossier thématique Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue Dossier thématique "A la découverte des émotions" comprenant l'article d'introduction générale ainsi que les articles sur la colère, la joie, la peur et la tristesse. 24 pages - Format PDF

5,00 €

Mug Lune

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur le sommeil Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €

Terrible two

Voix d'experts - Le terrible two... Qu'est-ce que c'est ? Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue 6 pages - Format PDF

1,50 €

    Références

    [1] https://www.worldhistory.org/article/1456/history-of-halloween/

    [2] Walker K. O. (2019). Keep Children Safe on Halloween. Delaware journal of public health, 5(4), 15. https://doi.org/10.32481/djph.2019.10.005

    [3] Zhang, H., & Khan, A. (2020). Risk of preventable injuries associated with Halloween. Public health, 189, 94-96. https://doi.org/10.1016/j.puhe.2020.10.014

    [4] Bellis, M. A., Leckenby, N., Hughes, K., Luke, C., Wyke, S., & Quigg, Z. (2012). Nighttime assaults: using a national emergency department monitoring system to predict occurrence, target prevention and plan services. BMC public health, 12, 746. https://doi.org/10.1186/1471-2458-12-746

    [5] Schwartz, M. B., Chen, E., & Brownell, K. D. (2003). Trick, treat, or toy: children are just as likely to choose toys as candy on halloween. Journal of nutrition education and behavior, 35(4), 207-209. https://doi.org/10.1016/s1499-4046(06)60335-7

    [6] Dinella L. M. (2017). Halloween Costume Choices: Reflections of Gender Development in Early Childhood. The Journal of genetic psychology, 178(3), 165-178. https://doi.org/10.1080/00221325.2017.1295223

    [7] Morgan, C. H., Morrongiello, B. A., & Schwebel, D. C. (2021) Short- and Long-Term Effects of Superhero Media on Young Children's Risk-Taking Behaviors, Journal of Pediatric Psychology, 46(7), 779-789, https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsaa133

    [8] https://www.purdue.edu/newsroom/releases/2017/Q4/halloween-can-really-scare-you--and-fear-is-a-negative-emotion.html

    [9] https://cs.oswego.edu/~nbonilla/CogCapstone/pic/SubDraft1.pdf

    [10] Nummenmaa, L. (2021, March 4). Psychology and neurobiology of horror movies

    [11] Martin G. N. (2019). (Why) Do You Like Scary Movies? A Review of the
    Empirical Research on Psychological Responses to Horror Films. Frontiers in
    psychology, 10, 2298. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.02298

    [12] Bartsch, A., Appel, M., & Storch, D. (2010). Predicting Emotions and Meta-
    Emotions at the Movies: The Role of the Need for Affect in Audiences' Experience
    of Horror and Drama. Communication Research, 37(2), 167-190.
    https://doi.org/10.1177/0093650209356441

    [13] LoBue, V., & Adolph, K. E. (2019). Fear in infancy: Lessons from snakes, spiders, heights, and strangers. Developmental psychology, 55(9), 1889-1907. https://doi.org/10.1037/dev0000675

    [14] Sorin, R. (2005). A Comparative Study of Early Childhood Fear and Caregivers' Responses to Fear in Australia and Canada. Australasian Journal of Early Childhood, 30(4), 34-42. https://doi.org/10.1177/183693910503000406

    [15] Levy, B. R., Chung, P. H., & Slade, M. D. (2011). Influence of Valentine's Day and Halloween on birth timing. Social science & medicine (1982), 73(8), 1246-1248. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2011.07.008