Trouble de l'oralité : Quésaco ?

02/06/2022

Voix d'experts - Trouble de l'oralité : Quésaco ?

M.Manard


L'oralité est un concept initialement psychanalytique qui a été réinvesti par les domaines médicaux et paramédicaux.

L'oralité concernerait toutes les sphères alimentaires et communicationnelles, qu'elles soient affectives, somatiques, symboliques ou psychologiques de l'enfant. Ce concept impliquerait les aspects sensoriels, moteurs, neuro-intégratifs, hormonaux, affectifs et cognitifs [1, 2].


Oralité primaire et secondaire [3]

Se développant in utéro, l'oralité primaire correspond aux praxies (gestes) de succion et à la coordination succion-déglutition-respiration.

La succion non-nutritive (indépendante de la respiration) se développe vers 27-28 semaines d'âge gestationnel. Cette succion non-nutritive est bénéfique pour l'enfant via la réduction du stress, l'effet analgésique ou encore la stabilisation du comportement.

La succion nutritive (en interaction avec la respiration) apparait vers 30-32 semaines. Cette succion nutritive implique une coordination efficace avec la déglutition et la respiration pour permettre à l'enfant de se nourrir.


L'oralité secondaire, se développant vers 4-5 mois, correspond au moment où l'enfant peut commencer à être prêt pour la diversification alimentaire. Au départ l'enfant va téter les aliments, puis entre 4 et 7 mois, il devient apte à mieux manipuler les aliments en bouche via les mouvements de la langue et des mâchoires. La mastication ne sera vraiment mature que vers 4-5 ans et la propreté orale ne sera envisagée que vers les 3 ans, grâce à la continence salivaire.



Le goût

Les facultés gustatives se développent in utéro, les nouveau-nés présentant des réactions différentes lors de la présentation de saveurs sucrées, acides ou amères. Par ailleurs, les nouveau-nés vont combiner besoins énergétiques et perceptions sensorielles amenant une préférence pour les substances sucrées et grasses [4].

La diversification sera plus aisée chez les enfants ouverts aux nouvelles expériences. Cependant, le développement de l'oralité va dépendre de l'intégrité des structures anatomiques concernées et de la maturité neurologique, sans exclure l'intervention de facteurs psychologiques et environnementaux [5].



Qu'est-ce que le trouble de l'oralité alimentaire ?

De façon globale, un trouble de l'oralité renvoie aux difficultés affectant l'alimentation par voie orale. Ces troubles concernent 25 à 50% des enfants, dont 1 à 2% souffrent de formes sévères [6-7]. Chez les enfants présentant des troubles développementaux, la prévalence atteint par contre 80% [8-12].

Plusieurs manifestations ont été décrites, telles qu'un manque d'appétit, une néophobie alimentaire (dépassant la phase physiologique habituellement observée vers l'âge de deux ans), des nausées et vomissements, des troubles sensoriels, des problèmes de déglutition et/ou de mastication, des difficultés comportementales autour du repas (angoisses, conflits, parents forçant, ...) [11-13].

La présence de ces symptômes doit engendrer des conséquences sur le neurodéveloppement (aspects psychomoteurs, langagiers, affectifs et cognitifs), la croissance staturo-pondérale et le développement orofacial [13-14].



Quels sont les facteurs de risque connus ?

Chez les enfants de 0 à 14 mois, les facteurs de risque sont : des antécédents familiaux de troubles du comportement alimentaire [15-17], un stress important en cours de grossesse (dont un accouchement programmé par césarienne par exemple), des pathologies néonatales (ORL, sondes, ...), la prématurité, l'hypotrophie, des difficultés d'allaitement, ou encore une pathologie maternelle [16, 18].



Et chez les enfants plus âgés ?

Environ 50% des enfants ayant souffert de difficultés alimentaires entre 3 et 12 mois (pendant au moins un mois), présenteraient des troubles persistants à l'âge de deux ans [16, 19] qui entraineraient une perte de poids, voire même un impact sur la croissance staturo-pondérale de l'enfant [9, 19-20].

Il semble exister une relation des troubles précoces du comportement alimentaire avec les aspects comportementaux et émotionnels de l'enfant, les caractéristiques parentales (émotionnelles et alimentaires) et la présence d'interactions dysfonctionnelles au sein de la famille [9, 21-25].


La présence de troubles précoces du comportement alimentaire semble prédire le développement de troubles du comportement, de troubles anxieux et de troubles alimentaires plus tardifs :

  • Chez les 1 à 2% d'enfants ayant présenté un refus alimentaire sévère entre 3 et 12 mois, environ 70% manifestaient toujours des problèmes alimentaires significatifs entre 4 et 6 ans [26].
  • Chez les enfants ayant présenté un trouble anorexique à l'âge de 2 ans, 10% présentaient encore des troubles alimentaires à l'âge de 8 ans (petit appétit, sélectivité, peu de plaisir et temps de repas allongé). Ces troubles alimentaires semblent liés à des difficultés psychologiques telles que de l'anxiété, de l'irritabilité, des plaintes somatiques, ou encore des comportements oppositionnels [23].



Quelles sont les causes ?

Les troubles de l'oralité alimentaire ont été classifiés selon les différentes étiologies possibles, bien que leur apparition soit souvent multifactorielle [8, 27] :

  • Causes organiques (problèmes structurels, neuromusculaires et physiologiques) vs. Causes non-organiques (difficultés psychologiques, environnementales, sociales) [28].
  • Causes neurologiques (encéphalopathies) vs. Causes non-neurologiques (atteintes organiques, prématurité avant 34 semaines d'aménorrhée, fentes labio-palatines) [29].
  • Causes organiques vs. Causes psychogènes vs. Cause post-traumatique (prématurité, réanimation, anomalie digestive) [30-31].



Les critères diagnostiques

Le DSM-IV (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) [32] propose 4 critères diagnostiques :

  • Perturbation de l'alimentation avec une prise alimentaire inadéquate persistante entrainant une stagnation voire une perte de poids pendant au moins un mois.
  • Perturbation non associée à une condition médicale générale (reflux gastro-œsophagien, gastroentérite,...).
  • Perturbation non associée à des troubles mentaux (ex : trouble de rumination) ou à un manque d'accès à la nourriture.
  • Trouble ayant débuté avant l'âge de six ans.


Le DSM-V [33] distingue trois catégories de troubles alimentaires infantiles :

  • Le pica : Ce trouble implique l'ingestion d'objets ou de produits non-nutritifs. Ce comportement est observé de façon normale et modérée à partir de l'âge de six mois. Il devient pathologique lorsque ce comportement est persistant après l'âge de 2 ou 3 ans, dure plus d'un mois et n'est pas lié avec une pratique culturelle par exemple.
  • Le syndrome de rumination : Ce trouble est caractérisé par la régurgitation de la nourriture de l'estomac vers la bouche (généralement 30 minutes après la prise alimentaire), la personne mâchant à nouveau avant de ré-avaler.
  • Les Troubles du Comportement Alimentaire Restrictifs ou Évitants (TCARE) : CE trouble est caractérisé par une incapacité de fournir un apport nutritionnel et énergétique suffisant, entrainant :
  1. Une perte de poids/croissance inadéquate

  2. Une carence nutritionnelle significative

  3. Une dépendance à l'alimentation entérale ou à des compléments nutritionnels oraux

  4. Une perturbation du fonctionnement psychosocial (ex : incapacité à manger avec d'autres personnes)



Un autre ouvrage de classification diagnostique, le DC 0-3 ans [34] propose également différentes étiologies des troubles du comportement alimentaire :

  • Trouble de la régulation alimentaire.
  • Trouble alimentaire associé à des problèmes relationnels.
  • Anorexie.
  • Aversion alimentaire sensorielle.
  • Difficulté alimentaire liée à un trouble médical ou associée à une affection gastro-intestinale.


S'étendant ensuite jusqu'à l'âge de 5 ans, cette classification diagnostique distingue trois catégories de troubles du comportement alimentaire :

  • Trouble compulsif
  • Trouble restrictif
  • Trouble atypique



Le trouble restrictif doit alors répondre à l'ensemble des critères ci-dessous pour être envisagé :

1. Prise alimentaire inférieure de ce qui est attendu pour l'âge.

2. L'enfant montre un comportement alimentaire parmi les suivants :

  • Inintérêt pour l'alimentation.
  • Évitement/crainte de la nourriture.
  • Comportements problématiques pendant les repas (endormissement, agitation,..).
  • Consommation alimentaire uniquement en dormant.
  • Échec de l'introduction d'aliments solides.
  • Nécessité de certaines conditions pour la prise alimentaire (ex : avec écran, jouets, histoires,...).
  • Extrême sélectivité : Refus de consommation d'aliments ayant certaines couleurs ou textures.
  • Conservation prolongée des aliments en bouche sans avaler.
  • Aucune maladie ou affection médicale ne peut expliquer le comportement alimentaire.

3. Les conséquences du trouble (symptômes ou adaptations mises en place pour y répondre) ont un impact significatif sur le fonctionnement familial :

  • Détresse manifestée par l'enfant.
  • Difficultés provoquées dans les relations de l'enfant.
  • Limitation de la participation aux activités favorisant le développement.
  • Limitation des activités familiales quotidiennes.
  • Limitation des capacités d'apprentissage et de mise en place de nouvelles compétences.
  • Entraine une rupture de la trajectoire développementale de l'enfant.
  • Présence des symptômes depuis au moins un an.



La prise en charge

L'idéal serait une prise en charge mutidisciplinaire avec des professionnels formés et bienveillants.

  • L'intervention pédiatrique permettra de définir les thérapeutiques à mettre en place : traitement de l'éventuelle pathologie médicale, la prise en charge des comportements inadaptés à modifier, le soutien parental et des compétences alimentaires de l'enfant [35].
  • La prise en charge orthophonique, par le traitement des difficultés de l'enfant afin de réinvestir positivement la sphère orale et d'obtenir une réalimentation au mieux de ses possibilités via:

- Des gestes techniques (massages, désensibilisation, aide à la succion, ...) et sollicitations sensorielles pouvant faire intervenir tous les sens.

- Des techniques d'exposition progressive des aliments les moins répulsifs au plus répulsifs.

- Une prise en charge conjointe des aversions non orales afin d'améliorer l'acceptation des textures, par des contacts, des vibrations, des techniques de détente, des incitations à porter des choses à la bouche, patouiller, se lécher les doigts, à faire des bruits avec la bouche, des grimaces, ...

- Une mise en contact avec l'aliment avant la prise alimentaire (toucher, sentir, cuisiner, l'examiner dans ses propriétés, ...).

- Des jeux symboliques avec les peluches qui goûtent les aliments par exemple.

- Proposer un accompagnement parental [29, 35] pour les rassurer sur leurs compétences et les informer sur les comportements à favoriser (manger ensemble, sans écran, dans une ambiance sereine, ...) et les comportements pouvant aggraver la situation, comme forcer l'enfant, qui va associer l'alimentation à des expériences négatives encore plus importantes.

- L'intervention en psychomotricité dans les services de néonatologie afin de favoriser l'alimentation orale d'enfants nécessitant un passage dans un incubateur et/ou une alimentation par sonde nasogastrique.

- L'intervention adaptée chez des enfants atteints de Troubles du Spectre Autistique



Conclusion

Le trouble de l'oralité peut revêtir différentes formes et apparaitre selon de nombreuses causes potentielles. Le diagnostic et la prise en charge par des professionnels compétents est alors nécessaire, la bienveillance et l'information de la sphère familiale est indispensable afin de favoriser la prise en charge et d'éviter la majoration des troubles.

Le Calendrier Doux moments en famille PDF

Avec ce calendrier à imprimer, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

2,50 €

Le Calendrier Doux moments en famille

Avec ce calendrier, découvrez 31 cartes pour partager des moments de douceur en famille, gagner en sérénité et en harmonie personnelle ou familiale. Des astuces, des jeux, des rappels importants, ce calendrier peut être utilisé tout au long de l'année en fonction des besoins, pour resserrer les liens, et retrouver de doux moments en famille.

10,00 €

E-book Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages en version numérique sera envoyé par pdf dès réception du paiement.Attention donc à mentionner une adresse mail correcte.

5,99 €

Le duo du coeur du loup

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Avec le duo qui a du coeur, vous recevez un exemplaire chez vous et un exemplaire est offert à un service pédiatrique, une association, une école, une bibliothèque, une famille qui ne peux pas se l'offrir, ... Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

25,00 €

Psst-Magazine Numéro 2 - Version agrafée

Vous souhaitez vous procurer nos magazines à l'unité ? C'est possible... Attention, les stocks sont limités ! Suite à une erreur de commande, nous proposons la revente de nos numéros à reliure agrafée. J'ai une affinité particulière pour le dos carré collé mais certains préfèrent ce type de reliure. Alors comme cela il y en aura pour tous les goûts !

25,00 €

Biblioffiliation

Avec cette affiliation, vous pourrez emprunter n'importe quel ouvrage de la bibliothèque de psst : Nos propres éditions biensûr, la collection personnelle du magazine mais également les ouvrages dont nous proposons la critique pour les maisons Mardaga et Leduc Les titres actuellement disponibles : Itinéraire d'un haut potentiel sensible ** On l'appelait Vermicelle  ** Maman, Maman, Maman ** Il n'y a pas de parent parfait ** C'est mon p'tit doigt qui me l'a dit ** J'ai tout essayé ** Objectif guérison intérieure ** Et si l'on faisait un pas de côté? ** Cycle féminin au naturel ** L'intelligence émotionnelle en pratique ** Au cœur des émotions de l'enfant ** Tout se joue avant six ans ** Dormir sans larmes ** Dis-moi comment apprendre TDAH - Aider mon enfant à déployer son plein potentiel ** Le TDAH chez l'adulte ** Je reprends mon temps en main ** Sensible et alors ? ** S'évader grâce à l'autohypnose **

30,00 €

Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

12,00 €

Abonnement annuel infographies

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement est composé des fiches d'infographie pour une lecture rapide du contenu condensé de nos contenus. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier lot d'infographies sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

40,00 €

Affiliation annuelle

Parentalité sans tabou magazine est une initiative regroupant de nombreux efforts bénévoles. Pour soutenir ce projet, il est possible de s'affilier pour la somme de 20 euros par an.

20,00 €

Abonnement annuel

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement comprend tous les articles parus au cours du trimestre, les articles d'expertise, de témoignage et les extras comme les lettres ou les tests. En bonus, vous recevrez également les infographies sous forme de cartes prédécoupées pour accompagner les articles d'expertise. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant  du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier numéro sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

60,00 €

Pédagogie Montessori - Dossier thématique

Pédagogie Montessori... Dossier thématique Marine Manard Dossier thématique sur la pédagogie Montessori, comprenant la description de la méthode, son évaluation par les neurosciences et son application à l'école et à la maison 16 pages - Format PDF

5,00 €

A la découverte des émotions - Dossier thématique

À la découverte des émotions... Dossier thématique Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue Dossier thématique "A la découverte des émotions" comprenant l'article d'introduction générale ainsi que les articles sur la colère, la joie, la peur et la tristesse. 24 pages - Format PDF

5,00 €

Mug Lune

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur le sommeil Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €

Terrible two

Voix d'experts - Le terrible two... Qu'est-ce que c'est ? Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue 6 pages - Format PDF

1,50 €

    Références

    [1] Abadie, V. Les troubles de l'oralité. h-
    p://psynem.org/Rubriques/Pedopsychiatrie_psychanalyse/Dossiers/Troubles_oralite/Or
    alite
    [2] Abadie, V. (2004), Troubles de l'oralité du jeune enfant. Rééducation orthophonique,
    n°220, p. 55-68.

    [3] Goulet, M. (2019). Les troubles de l'oralité alimentaire chez l'enfant au développement normo-typique et chez l'enfant autiste. Apports de la prise en charge pluridisciplinaire en groupe, selon l'approche sensori-motrice d'A.Bullinger. Thèse de doctorat en médecine, Paris.

    [4] Rigal N. (2010). Diversification alimentaire et construction du goût [Food diversification and taste building]. Archives de pediatrie : organe officiel de la Societe francaise de pediatrie, 17 Suppl 5, S208-S212.

    [5] Stevenson, R. D., & Allaire, J. H. (1991). The development of normal feeding and swallowing. Pediatric clinics of North America, 38(6), 1439-1453.

    [6] Chatoor, I. & Ganiban, J. (2003). Food refusal by infants and young children: Diagnosis and
    Treatments. Cognitive and Behavioral Practice,10(2), 138-146.

    [7] Ramsay M. (2001). Les problèmes alimentaires chez les bébés et les jeunes
    enfants, une nouvelle perspective. Devenir, 13(2), 11-28.

    [8] Arts-Rodas, D., & Benoit, D. (1998). Feeding problems in infancy and early childhood: Identification and management. Paediatrics & child health, 3(1), 21-27.

    [9] Lindberg, L., Bohlin, G., Hagekull, B. and Thunström, M. (1994), Early food refusal: Infant and family characteristics. Infant Mental Health Journal, 15, 262-277

    [10] Arvedson J. C. (2008). Assessment of pediatric dysphagia and feeding disorders: clinical and instrumental approaches. Developmental disabilities research reviews, 14(2), 118-127.

    [11] Hermans, D. (2003). Les troubles alimentaires du nourrisson. Louvain Médical, 122, 152-
    159

    [12] Bellis, F., Buchs-Renner, I., Vernet, M. (2009). De l'oralité heureuse à l'oralité difficile : Prévention et prise en charge dans un pôle de pédiatrie. Spirale, 51, 55-61.

    [13] Manikam, R., & Perman, J. A. (2000). Pediatric feeding disorders. Journal of clinical gastroenterology, 30(1), 34-46.

    [14] Senez, C. (2004), Hyper nauséeux et troubles de l'oralité chez l'enfant, Rééducation
    orthophonique, 220,
    91-100.

    [15] Dahl, M., & Sundelin, C. (1986). Early feeding problems in an affluent society. I. Categories and clinical signs. Acta paediatrica Scandinavica, 75(3), 370-379.

    [16] Dahl, M., Eklund, G., & Sundelin, C. (1986). Early feeding problems in an affluent society. II. Determinants. Acta paediatrica Scandinavica, 75(3), 380-387.

    [17] Lindberg L., Bohlin, G., Hagekull, B. (1991). Early Feeding Problems in a Normal Population,
    International journal of Eating Disorders, 10(4), 395-405, 1991

    [18] Dubedout, S., Cascales, T., Mas, E., Bion, A., Vignes, M., Raynaud, J. P., & Olives, J. P. (2016). Troubles du comportement alimentaire restrictifs du nourrisson et du jeune enfant : situations à risque et facteurs favorisants [Feeding disorders in infants and toddlers: At-risk situations and predisposing factors]. Archives de pediatrie : organe officiel de la Societe francaise de pediatrie, 23(6), 570-576.

    [19] Dahl M. (1987). Early feeding problems in an affluent society. III. Follow-up at two years: natural course, health, behaviour and development. Acta paediatrica Scandinavica, 76(6), 872-880.

    [20] Dahl, M., & Kristiansson, B. (1987). Early feeding problems in an affluent society. IV. Impact on growth up to two years of age. Acta paediatrica Scandinavica, 76(6), 881-888.

    [21] Ammaniti M., Lucarrelli, L., Cimino, S., D'Olimpio, F. (2004). Transmission intergénérationnelle : troubles alimentaires de l'enfance et psychopathologie maternelle, Devenir, 3(16), 173-
    198.

    [22] Ammaniti, M., Lucarelli, L., Cimino, S., D'Olimpio, F., & Chatoor, I. (2010). Maternal psychopathology and child risk factors in infantile anorexia. The International journal of eating disorders, 43(3), 233-240.

    [23] Ammaniti, M., Lucarelli, L., Cimino, S., D'Olimpio, F., & Chatoor, I. (2012). Feeding disorders of infancy: a longitudinal study to middle childhood. The International journal of eating disorders, 45(2), 272-280.

    [24] Aviram, I., Atzaba-Poria, N., Pike, A., Meiri, G., & Yerushalmi, B. (2015). Mealtime dynamics in child feeding disorder: the role of child temperament, parental sense of competence, and paternal involvement. Journal of pediatric psychology, 40(1), 45-54.

    [25] Feldman, R., Keren, M., Gross-Rozval, O., & Tyano, S. (2004). Mother-Child touch patterns in infant feeding disorders: relation to maternal, child, and environmental factors. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 43(9), 1089-1097.

    [26] Dahl, M., Rydell, A. M., & Sundelin, C. (1994). Children with early refusal to eat: follow-up during primary school. Acta paediatrica (Oslo, Norway : 1992), 83(1), 54-58.

    [27] Bryant-Waugh, R., Markham, L., Kreipe, R. E., & Walsh, B. T. (2010). Feeding and eating disorders in childhood. The International journal of eating disorders, 43(2), 98-111.

    [28] Burklow, K. A., Phelps, A. N., Schultz, J. R., McConnell, K., & Rudolph, C. (1998). Classifying complex pediatric feeding disorders. Journal of pediatric gastroenterology and nutrition, 27(2), 143-147.

    [29] Winnicott, D.W., (1989). L'enfant et le monde extérieur. Paris : Payot.

    [30] Thibault, C. (2007), Orthophonie et oralité : la sphère oro-faciale de l'enfant, Masson,
    France.

    [31] Abadie, V. (2004a). L'approche diagnostique face à un trouble de l'oralité du jeune
    enfant. Archives de pédiatrie, 11, 603-605.

    [32] American Psychiatric Association. (2000). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (4th ed., text rev.).

    [33] American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (5th ed.).

    [34] Zero to Three (Organization). (2005). DC:0-3R: Diagnostic classification of mental health and developmental disorders of infancy and early childhood. Washington, D.C: Zero To Three Press.

    [35] Manikam, R., & Perman, J. A. (2000). Pediatric feeding disorders. Journal of clinical gastroenterology, 30(1), 34-46.

    [36] Barbier, I. (2014). L'intégration sensorielle : de la théorie à la prise en charge des
    troubles de l'oralité. Contraste, 39(1), 143-159.