Alors ? Comment bébé dort ? Quand le petit d’homme ne fait pas les nuits de ses parents - Partie 2

07/11/2020

Voix d'experts - "Alors ? Comment bébé dort ? Quand le petit d'homme ne fait pas les nuits de ses parents"

Partie 2 : Les mythes


Marine Manard


De nombreux mythes et les conseils qui en découlent pleuvent sur les jeunes parents fatigués. Les mythes les plus fréquents sont abordés ci-dessous et les réalités scientifiques associées seront détaillées. N'hésitez pas à commenter l'article avec les conseils et mythes auxquels vous avez été confronté(e)s.


Mythes autour du sommeil


  • Remplis-lui bien l'estomac !

La norme alimentaire pour le bébé humain est l'allaitement maternel, et l'allaitement maternel est associé à différents comportements non-nutritifs. Anthropologiquement, McKenna & Gettler [25] suggèrent que le corps de la mère est le seul environnement adapté au nouveau-né et que l'allaitement ne peut se dissocier du sommeil ou du portage. Ces auteurs inventent d'ailleurs le terme de « breastsleeping » associant l'allaitement (« breastfeeding » en anglais) au sommeil (« sleeping »).

En effet, les mères pratiquant le breastsleeping allaitaient leur enfant environ 6 fois pendant la nuit contre 2 à 3 fois pour les mères ne partageant pas leur lit [26]. Les mères pratiquant le breastsleeping ne se rendaient souvent pas ou à peine compte de ces tétées, et cet allaitement nocturne est reconnu comme essentiel au maintien d'une lactation satisfaisante [27] ainsi qu'à l'espacement des naissances [28]. De plus, le sevrage précoce est régulièrement lié à la perception d'une lactation insuffisante [29] qui elle-même est engendrée par un sommeil séparé.

Le lait humain est digéré rapidement et l'enfant en pleine croissance rapide a besoin de manger toutes les 2 à 3 heures [30, 31], donc l'enfant humain va se réveiller en fonction de cela et le rythme est difficile à tenir sans un contact constant entre la mère et l'enfant. L'un des arguments en faveur des formules de lait infantiles et de leur effet bénéfique sur le sommeil est également un effet pervers. En effet, si les enfants nourris au biberon faisaient des nuits moins entrecoupées (ce qui est fortement discuté dans littérature scientifique), ceux-ci sont également plus à risque de mort subite [32].


Cette tendance à penser que les enfants nourris au biberon pourraient dormir plus longtemps et paisiblement est-elle vraiment fondée ?

Plusieurs études ne trouvent aucun lien entre le sommeil et la manière de nourrir les bébés (sein vs biberon) [33, 34, 35, 36]. D'autres études montrent une association entre la méthode de nourrissage et le sommeil, mais qui en fait se résout par la maturation de l'enfant [37], association dès lors trompeuse. Certaines recherches montrent moins de sommeil sur 24h pour les mères allaitantes (48 minutes - [38]) alors que d'autres montrent l'inverse (45 à 47 minutes supplémentaires pour l'allaitement exclusif comparé à la proposition d'une formule de supplément - [33]). De plus, l'ajout de céréales en biberons de lait maternel ou de lait infantile n'a pas permis de mettre en évidence de différence au niveau du sommeil de bébés de 5 semaines et de 4 mois. Cependant, après 7 semaines de collecte de données, quelle que soit la méthode de nourrissage, les enfants ne recevant pas de céréales étaient 3 fois plus nombreux à dormir 8 heures pendant la nuit [34]. Enfin, de façon intéressante, dans une étude de 2018, des chercheurs ont observé que le sommeil n'était pas influencé par la méthode de nourrissage (biberon vs allaitement) mais que cette méthode influençait en fait la perception des réveils nocturnes par les mères. En effet, les mères donnant le biberon avaient tendance à surestimer le temps total de sommeil de leur bébé de 10 semaines, et les périodes les plus longues de sommeil de leurs bébés de 10, 12 et 18 semaines [39].



  • Ne l'endors pas au sein !

Grâce aux hormones telles que l'ocytocine, libérée chez la maman allaitante, et les hormones présentes dans le lait maternel, mères et enfants trouvent généralement rapidement le sommeil lorsqu'ils pratiquent le breastsleeping. Les cycles de sommeil se synchronisent, la connexion émotionnelle se renforce et la chaleur physique apaise parents et enfants [1]. Certains auteurs suggèrent que dans un contexte d'allaitement maternel, il est idéal d'endormir systématiquement l'enfant au sein [40 ; cité dans 20].

Notons toutefois que l'utilisation de biberons pour nourrir le bébé n'empêche en rien de maintenir un lien affectif ainsi qu'un contact physique et émotionnel rapproché. En effet, plusieurs études montrent que la proximité de l'enfant avec ses parents est bénéfique tant d'un point de vue émotionnel que psychologique. Cette proximité améliore l'attachement, la sensibilité maternelle, et le lien affectif, facteurs s'améliorant à chaque fois que la mère porte son enfant ou l'enlace dans ses bras. L'augmentation du nombre de contacts de ce type diminue également les risques de sévices ou de négligence dans les familles considérées à risque [41, 42, 43].



  • Ne l'endors pas dans les bras !

Parmi les mythes abordés par le Docteur Gonzalez dans son ouvrage [44], la plupart sont abordés dans cet article avec une revue de la littérature scientifique disponible sur le sujet (Dormir toute la nuit sans se réveiller, les « dangers » du cododo, l'équilibre psychologique et la mort subite ou encore le fait de ne pas téter la nuit... Sait-on jamais que votre mogwai se transforme en gremlins). Il reste les injonctions, comme de ne pas endormir bébé en chantant, en le portant ou en le promenant en poussette ou en voiture. Ces conseils viennent du mythe qu'un enfant a besoin de s'endormir seul pour pouvoir retrouver seul le sommeil lors d'un réveil nocturne. Cela suppose que l'enfant a une image fixe de ce qui l'entoure au moment de l'endormissement et donc paniquerait lorsque ces « choses » auraient disparu. Or, comme le Docteur Gonzalez l'explique dans son ouvrage [44], l'environnement change nécessairement entre l'endormissement et le milieu de la nuit (luminosité, bruits de la maison, ...). Pourquoi l'enfant réclamerait alors la stabilité de certains éléments (la présence du parent) plutôt que d'autres (bruit de la maison, de la télévision, la luminosité,... par exemple) ? Le Docteur Gonzalez conclut alors que ce que l'enfant réclame lors d'un réveil nocturne n'est pas « la dernière chose qu'il a vue » mais une personne et pas n'importe laquelle... En effet, s'il s'endort dans les bras de la voisine, il est peu probable que l'enfant réclame ces bras plutôt que ceux de sa maman lorsqu'il se réveillera quelques temps plus tard.



  • Enfants et parents doivent dormir séparément !

Alors que les recommandations sont souvent de ce type, différentes études montrent un effet délétère de la séparation de la mère et de son enfant pour les périodes de sommeil. En effet, chez les nourrissons de deux jours, la séparation du contact en peau à peau ne serait-ce que d'une heure provoque un stress physiologique profond [45]. Par la suite, une étude a observé que chez des bébés de 4 et 10 mois, la séparation dans une chambre différente pour dormir provoque des niveaux de stress élevés chez la mère et l'enfant. Au début, les niveaux de cortisol (hormone du stress) sont hauts et la mère répond généralement rapidement aux signes de détresse et aux cris du bébé. Cependant, après quelques jours, le taux de cortisol des mères redescend alors que celui des enfants reste élevé, indiquant la persistance d'un stress physiologique, même si ils ne manifestent plus de cris ou de pleurs [46]. Cette situation provoque alors une désynchronisation de la dyade mère-enfant, parasitant les capacités de réponse de la mère aux signaux de détresse de son enfant.

Faire dormir l'enfant séparément de son parent est une conception nord-Américaine et Européenne relativement récente. Cependant, selon certains chercheurs, le breastsleeping devrait rester la norme et a été la stratégie de survie optimale pour les humains, et l'est toujours pour les primates et d'autres mammifères. Bien que les mères allaitantes et pratiquant le cododo subissent plus de fragmentation du sommeil [47], elles sont souvent incapables de dire le nombre de fois qu'elles ont nourri leur enfant sur la nuit, ne s'éveillant pas tout à fait [48, 49, 50].

L'un des risques avec la promotion du sommeil séparé est simplement que cela ne fonctionne pas dans de nombreux cas. En effet, au lieu de donner des conseils en matière de sécurité pour normaliser la pratique du partage de lit, le déconseiller ne suffit pas à empêcher les mères de s'endormir avec leurs enfants, de façon parfois non sécuritaire car imprévue [51]. L'un des arguments utilisés pour promouvoir le sommeil séparé est le risque de décès associé au sommeil (mort subite). En fait, ce risque n'est pas augmenté par le sommeil partagé lorsque les autres facteurs de risque sont contrôlés (parents fumeurs ou consommateurs d'alcool/de drogues, dormir sur le ventre, s'endormir avec l'enfant dans un canapé, nourrissage au biberon [52]). De plus, la promotion du sommeil séparé est un conseil délétère en cas d'allaitement. En effet, de par la composition aqueuse de notre lait, le bébé s'éveille en moyenne toutes les 1h30, correspondant étrangement à une durée de cycle de sommeil adulte [53]. Certains chercheurs ont alors postulé que les besoins nutritionnels des bébés auraient conditionné le temps moyen d'un cycle de sommeil adulte, suggérant la pratique naturelle du cododo. De plus, l'allaitement fréquent permet une meilleure prise de poids et une meilleure couverture immunologique. Enfin, l'allaitement nocturne permet également un maintien de la lactation en termes de production adéquate, permettant également un allaitement prolongé [54].



  • Bébé n'a plus besoin de boire/téter pendant la nuit à partir de X mois!

En imaginant que d'un point de vue de survie cela soit vrai. Il n'en est pas moins vrai que ce type d'injonction impose un comportement souhaité à plus faible que nous n'accepterions probablement pas nous-mêmes. N'avez-vous jamais bu un verre d'eau ou pris un encas entre 20h et 8h du matin ?

En plus de maintenir la lactation en cas d'allaitement, cela permet également au bébé d'interagir, de stimuler ses capacités psycho-sensorielles et de trouver du réconfort [55]. Ces éléments sont valables pour les enfants de tous âges, selon leurs besoins, qu'ils soient nourris au sein ou au biberon.



Mon enfant se réveille... est-ce normal ?

Alors que certaines études suggèrent que la plupart des enfants entre 6 et 9 mois dorment sans réveil nocturne, entre 10 et 12h [14], beaucoup de parents témoignent de réveils et s'inquiètent de la santé de leur enfant. Le Docteur Nédelcoux (Service d'explorations fonctionnelles du système nerveux au CHU de Bicêtre) rapporte en 1995 que 20 à 35% des enfants de 3 ans se réveillent la nuit et que ces réveils diminuent jusqu'à l'âge de 5 ans [56]. Le Docteur Jalin, spécialiste du sommeil, suggère que 60% des enfants entre 2 et 3 ans se réveillent au moins une fois par nuit. Parmi ces enfants, seuls 5% souffriraient d'un réel trouble du sommeil [56]. Une étude réalisée en Finlande sur 270 enfants montre que jusqu'à 3 mois, les bébés dorment en moyenne 15h alors que les enfants de plus de 9 mois dorment en moyenne 13h par jour. Les périodes de sommeil continu d'au moins 6h ne concernaient que 35% des enfants de moins de trois mois et environ 45% se réveillaient une à deux fois pour être nourris. Entre 3 et 5 mois, 50% dormaient 6h consécutives et 33 à 35% se réveillaient une à deux fois la nuit pour être nourris. De 6 à 8 mois, 58% des enfants dormaient 6h d'affilées mais 42% se réveillaient deux fois ou plus. Enfin, à partir de 9 mois 72% des enfants dormaient au moins 6h consécutives, laissant 28% d'enfants se réveillant encore deux fois ou plus [57]. Certains auteurs proposent même des chiffres plus élevés avec 66% d'enfants entre 2 et 3 ans se réveillant au moins une fois par nuit [58]. Enfin, une série d'études font état de taux variés de réveils jusqu'à l'âge de 5 ans. En voici quelques chiffres : Environ 90% des bébés réveillent leurs parents à trois semaines [14]. 46% se réveillent à 3 mois, 39% à 6 mois, 58% à 9 mois et 55% à 12 mois [59]. Les auteurs de cette étude suggèrent que la propension aux réveils à la fin de la première année pourrait correspondre aux avancements socio-émotionnels réalisés à cet âge [14]. Même plus tard, entre 16 et 24 mois, 44% présentent à la fois des réveils et des difficultés d'endormissement [60]. Une autre étude suggère également que 60% des enfants de 2 à 3 ans se réveillent encore la nuit [61 ; cité dans 55] ou encore qu'à 56 mois, 13.3% des enfants se réveillent également en cours de nuit et 12% des enfants de 4-5 ans avaient des difficultés d'endormissement [62].




A quoi servent les réveils nocturnes ?

L'anthropologue James McKenna a largement étudié la question. En analysant les espèces, les cultures, les faits historiques et physiologiques, il a pu observer que les exigences pédiatriques Euro-Américaines sur la manière de s'occuper des enfants et plus particulièrement concernant l'alimentation et le sommeil nocturne sont plutôt favorables aux exigences de la société. Exigences à propos de ce que les parents doivent être et de ce que les bébés doivent devenir (auto-suffisants et indépendants) aux dépens de ce qu'ils sont réellement : extrêmement dépendants et dont la maturation n'a pu se terminer avant la naissance. C'est pour cette raison que le corps de la mère reste le seul microenvironnement permettant une régulation comportementale et physiologique adéquate [63].



  • Point de vue évolutionniste

Avec l'évolution de l'être humain, le cerveau et donc le crâne a pris de l'ampleur, rendant les naissances plus complexes, ce qui requiert alors une assistance chez un mammifère devenu également bipède [64, 65]. La manière de s'occuper des enfants a alors évolué dans les pays Euro-Américains et industrialisés. D'une part, le lait maternel a été remplacé par des formules de lait artificiel ne pouvant pas être aussi adaptées que le lait provenant de notre espèce. En effet, l'utilisation de lait artificiel a tendance à entrainer des problèmes de santé lorsque l'accès à l'eau potable n'est pas garanti ou expose les bébés à des maladies infectieuses même dans les pays industrialisés. En effet, Chen et Rogan ont observé en 2004 [66] que le décès de 720 enfants de moins d'un an aurait pu être prévenu avec l'allaitement. D'autre part, le sommeil solitaire sur le ventre a été conseillé pour promouvoir un sommeil profond et prolongé, ce qui était un objectif purement culturel [67]. Cependant, ce conseil donné dans les années 1970 et 1980 a montré des effets dramatiques avec une augmentation importante de mort subite [68]. Actuellement, le partage de lit est déconseillé par les instances internationales, ce qui selon McKenna et ses collaborateurs est problématique en regard de la physiologie du sommeil des dyades mère-enfant.



  • Point de vue anthropologique

En comparant des enfants Norvégiens et Samis* [69], le lien suggéré entre sommeil solitaire et indépendance de l'enfant s'amenuise. En effet, les enfants Samis, dormant avec leurs parents demandaient moins d'attention à ceux-ci en périodes de jeu que les enfants Norvégiens. En fait, l'émergence du concept de sommeil solitaire et ininterrompu des enfants comme norme de sommeil sain est difficile à situer étant donné les influences culturelles, religieuses, économiques et politiques. Les arguments ont été multiples : favoriser l'individualité, préserver l'intimité du couple, l'assise de l'autorité paternelle devant limiter les contacts physiques et affectueux, ... Ainsi, le sommeil solitaire et ininterrompu est devenu la norme en tant que contexte d'étude du sommeil des enfants. Des spécialistes de l'époque comme John B. Watson conseillaient de limiter les contacts physiques et affectueux ou encore comme le Docteur Spock (pas le commandant, un autre...), encourageant les parents à entrainer les enfants au sommeil solitaire dès la naissance en plaçant une serviette autour de la porte de la chambre afin d'amoindrir le bruit des cris.


Ensuite, les techniques d'entrainement au sommeil avec « pleurs contrôlés » ont vu le jour (voir section dédiée à ce sujet) afin de conditionner les enfants à s'endormir seuls. Cette fois, l'autorité morale exercée par les spécialistes ne repose plus seulement sur les enfants mais également sur les parents devant scrupuleusement suivre les conseils donnés [70]. L'association Australienne de la santé mentale de l'enfant a réagi sur ses techniques, stipulant qu'elles ne répondaient pas de façon optimale aux besoins des nourrissons et pourraient avoir des effets négatifs en termes de santé émotionnelle et psychologique [54].


Le sommeil ininterrompu, solitaire et les méthodes de nourrissage aux formules de lait infantile étant des conceptions de la même époque, ces idées ont coloré les études scientifiques sur le sujet. En effet, les chercheurs travaillant au sein de leur culture utilisaient cette triade pour mesurer le « sommeil normal et sain » des enfants [71, 72]. Ainsi, les enfants ne répondant pas à ces critères devenaient d'emblée des patients potentiels nécessitant un traitement afin de faire correspondre leur sommeil à cette norme [70].


* Peuple autochtone d'une zone comprenant le nord de la Suède, la Norvège, la Finlande et la Laponie



  • Point de vue éthologique

Le sommeil et ses fonctions restent un sujet de débat scientifique, que ce soit dans notre espèce ou chez les primates non-humains. Cependant, un point de vue accordant les spécialistes d'anthropologie biologique suggère qu'étant donné l'immaturité lors de la naissance, une séparation même brève de la mère et de son petit provoque des effets délétères et des conséquences physiologiques néfastes à long terme [73]. Les travaux d'Harlow (et de nombreux autres chercheurs ensuite) chez les primates en sont un excellent exemple [74, 75, 76]. Ces études ont montré que toute séparation de jour ou de nuit entre un enfant et sa mère provoque des modifications physiologiques comme des décharges de cortisol, des dysfonctionnements immunitaires, des anomalies respiratoires et cardiaques, une perturbation de l'architecture du sommeil ainsi que des syndromes dépressifs. Ces observations remettent en question la justification culturelle selon laquelle laisser les enfants seuls la nuit est bénéfique. En effet, le petit d'homme nait avec la plus grande immaturité neurologique et est le petit le plus dépendant de sa mère pour la plus longue période [77, 54]. Né « prématurément », le petit humain a besoin de stimulations sensorielles variées : son, odeur, toucher, chaleur, mouvement, transport et émotions. Le partage de lit ou le « peau à peau » permet d'augmenter les échanges entre le parent et l'enfant. Notons d'ailleurs que lorsque l'enfant se repose sur le thorax d'un de ses parents (peau à peau), il présente une respiration plus régulière, une meilleure dépense énergétique, il grandit plus vite et expérimente moins de stress [78]. De plus, la durée du sommeil des enfants avec une grande quantité de contacts corporels est accrue, les enfants sont moins agités, ont un meilleur rythme cardiaque et respiratoire découlant sur une meilleure oxygénation [79].



  • Point de vue écologique

Le sommeil des primates est également soumis à des pressions écologiques, dont des risques de prédation, les méthodes d'alimentation, et les structures sociales [80]. Ainsi, les primates (mâles ou femelles) laissant leurs petits en nids ou dans les arbres pour partir chercher à manger, passent les moments de sommeil en contact proche de leurs petits [81, 82]. Par ailleurs, les premiers hominidés ont présenté des évolutions (bipédie, chute des poils limitant l'accroche à la mère et influençant la thermorégulation) ne leur permettant plus de dormir dans les arbres et augmentant leur vulnérabilité face à un prédateur [83]. Dès lors, il fallait pouvoir se préserver, d'abord avec des outils et des groupes sociaux puis par le feu et les constructions. De plus, l'architecture du sommeil humain semble répondre à ce besoin de préservation avec une durée de sommeil profond plus courte que les phases de sommeil léger où l'éveil est plus facile.



  • Point de vue biologique

James McKenna est un défenseur des bienfaits du cododo et particulièrement du partage de lit. Les études qu'il mentionne dans sa revue de 2007 [70] ainsi que ses propres études tendent à démontrer les bienfaits du contact rapproché pour le développement humain, ce qui explique que cette pratique soit si répandue dans le monde. En voici quelques avantages :


  • Allaitement : Le partage de lit permet de favoriser la fréquence de l'allaitement et donc d'initier et de maintenir la lactation. De plus, l'allaitement permet de synchroniser les patterns de sommeil de l'enfant et de réguler sa position.
  • Repos : Le contact rapproché pendant le sommeil permet de créer une interconnexion physiologique entre le sommeil de la mère et de l'enfant, permettant une régulation mutuelle et un sommeil plus long. La séparation, même limitée à la surface de couchage, crée un dérèglement à la fois de l'allaitement et de la régulation des états de sommeil.
  • Mort subite** : La stimulation plus fréquente lors du sommeil partagé a des implications pour les risques de mort subite. L'enfant humain naissant exceptionnellement immature, le système respiratoire passe d'un contrôle autonome à une régulation volontaire. Cette capacité neurodéveloppementale s'acquiert entre 2 et 4 mois, période de grande vulnérabilité aux épisodes de mort subite. Le partage de lit permet alors aux enfants d'obtenir un signal et des indices respiratoires par le toucher, les sons, le mouvement de la poitrine et l'expiration de CO2 par la mère [84].


** Entendons par « mort subite » un décès inexpliqué et soudain d'un enfant de moins d'un an au cours de son sommeil. Des facteurs de risque ont été décrits chez la mère : la consommation de tabac pendant ou après la grossesse, un âge de moins de 20 ans, des soins prénataux faibles, une faible prise de poids, une anémie, la consommation d'alcool ou de drogues, et des antécédents d'infections urinaires ou sexuelles. Chez l'enfant, les facteurs de risques sont le sexe (plus grande prévalence chez les garçons), un faible poids de naissance, la prématurité, et l'exposition au tabac ou à la drogue. D'autres risques sont aussi reconnus mais de façon moins systématique : surchauffe, dormir dans une pièce séparée, dormir sans sucette, dormir avec un adulte dans un canapé ou être nourri au lait artificiel [70].



Aller à l'article suivant : Troubles du sommeil & Comportements favorisant ou non le sommeil



Le loup qui rêvait d'être un doudou - Le duo du coeur

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Avec le duo qui a du coeur, vous recevez un exemplaire chez vous et un exemplaire est offert à un service pédiatrique, une association, une école, une bibliothèque, une famille qui ne peux pas se l'offrir, ... Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

25,00 €

Psst-Magazine Numéro 2 - Version agrafée

Vous souhaitez vous procurer nos magazines à l'unité ? C'est possible... Attention, les stocks sont limités ! Suite à une erreur de commande, nous proposons la revente de nos numéros à reliure agrafée. J'ai une affinité particulière pour le dos carré collé mais certains préfèrent ce type de reliure. Alors comme cela il y en aura pour tous les goûts !

25,00 €

Biblioffiliation

Avec cette affiliation, vous pourrez emprunter n'importe quel ouvrage de la bibliothèque de psst : Nos propres éditions biensûr, la collection personnelle du magazine mais également les ouvrages dont nous proposons la critique pour les maisons Mardaga et Leduc Les titres actuellement disponibles : Itinéraire d'un haut potentiel sensible ** On l'appelait Vermicelle  ** Maman, Maman, Maman ** Il n'y a pas de parent parfait ** C'est mon p'tit doigt qui me l'a dit ** J'ai tout essayé ** Objectif guérison intérieure ** Et si l'on faisait un pas de côté? ** Cycle féminin au naturel ** L'intelligence émotionnelle en pratique ** Au cœur des émotions de l'enfant ** Tout se joue avant six ans ** Dormir sans larmes ** Dis-moi comment apprendre TDAH - Aider mon enfant à déployer son plein potentiel ** Le TDAH chez l'adulte ** Je reprends mon temps en main ** Sensible et alors ? ** S'évader grâce à l'autohypnose **

30,00 €

Le loup qui rêvait d'être un doudou

Le loup qui rêvait d'être un doudou est le premier livre pour enfants qui sera édité par Parentalité Sans Tabou. Doux et simple à lire, il sera parfait pour les touts petits ainsi que des enfants plus grands qui commencent l'apprentissage de la lecture. Illustré par l'excellentissime Samboyy, cette histoire tendre parle d'amitié, de rejet mais surtout d'espoir ! Ce livre de 28 pages sera imprimé en format carré, dos carré collé, sur du papier de haute qualité.

12,00 €

Abonnement annuel infographies

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement est composé des fiches d'infographie pour une lecture rapide du contenu condensé de nos contenus. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier lot d'infographies sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

40,00 €

Affiliation annuelle

Parentalité sans tabou magazine est une initiative regroupant de nombreux efforts bénévoles. Pour soutenir ce projet, il est possible de s'affilier pour la somme de 20 euros par an.

20,00 €

Abonnement annuel

Nos abonnements annuels permettent de recevoir notre contenu joliment imprimé, chez vous. Sur base trimestrielle, l'abonnement comprend alors les quatre exemplaires de l'année. Cet abonnement comprend tous les articles parus au cours du trimestre, les articles d'expertise, de témoignage et les extras comme les lettres ou les tests. En bonus, vous recevrez également les infographies sous forme de cartes prédécoupées pour accompagner les articles d'expertise. L'année éditoriale débute le 11/08 chez nous ! Donc les magazines seront envoyés dans le courant  du mois suivant le trimestre : - Trimestre 1 : 11/08-11/11 - Envoi du magazine dans le courant du mois de décembre - Trimestre 2 : 11/11-11/02 - Envoi du magazine dans le courant du mois de mars - Trimestre 3 : 11/02-11/05 - Envoi du magazine dans le courant du mois de juin - Trimestre 4 : 11/05-11/08 - Envoi du magazine dans le courant du mois de septembre. Le premier numéro sortira donc en décembre 2021 ... Tout abonnement commandé se verra honoré de 4 numéros à partir de la période correspondant à l'achat. Donc même si vous vous décidez en cours d'année, pas de souci, vous recevrez les 4 numéros suivant!

60,00 €

Pédagogie Montessori - Dossier thématique

Pédagogie Montessori... Dossier thématique Marine Manard Dossier thématique sur la pédagogie Montessori, comprenant la description de la méthode, son évaluation par les neurosciences et son application à l'école et à la maison 16 pages - Format PDF

5,00 €

A la découverte des émotions - Dossier thématique

À la découverte des émotions... Dossier thématique Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue Dossier thématique "A la découverte des émotions" comprenant l'article d'introduction générale ainsi que les articles sur la colère, la joie, la peur et la tristesse. 24 pages - Format PDF

5,00 €

Mug Lune

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur le sommeil Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €

Terrible two

Voix d'experts - Le terrible two... Qu'est-ce que c'est ? Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue 6 pages - Format PDF

1,50 €

Mug Tristesse

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur la tristesse Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €

La peur

À la découverte des émotions... La peur Alison Rorive, neuropsychologue/psychologue 6 pages - Format PDF

1,50 €

Mug Peur

Mug Recto Verso Sur le Recto : L'image d'illustration de l'article sur la peur Sur le Verso: Le logo de Psst magazine

25,00 €